31/01/2009

"Byzantium 330-1453" à Londres

A lire le livre d'exposition  "Byzantium 330-1453"

exposition sur

http://www.royalacademy.org.uk/exhibitions/byzantium/about/

Le Livre de de Robin Cormack (Auteur), Maria Vassilaki (Auteur)

de Robin Cormack (Auteur), Maria Vassilaki (Auteur)

Exposition au Royal academy

 

About Byzantium 330–1453

  • NEW: Download lectures by curator Robin Cormack and His Grace Dr Rowan Williams, The Archbishop of Canterbury

Highlighting the splendours of the Byzantine Empire, Byzantium 330–1453 comprises around 300 objects including icons, detached wall paintings, micro-mosaics, ivories, enamels plus gold and silver metalwork. Some of the works have never been displayed in public before.

Icon of the Archangel Michael, Constantinople, twelfth century.
Icon of the Archangel Michael, Constantinople, twelfth century. Silver gilt on wood, gold cloisonné enamel, precious stones, 46.5 x 35 x 2.7 cm. Basilica di San Marco, Venice, Tresoro, inv. no. 16. Photo per gentile concessione della Procuratoria di San Marco/Cameraphoto Arte, Venice
The exhibition includes great works from the San Marco Treasury in Venice and rare items from collections across Europe, the USA, Russia, Ukraine and Egypt. The exhibition begins with the foundation of Constantinople in 330 AD by the Roman Emperor Constantine the Great and concludes with the capture of the city by the Ottoman forces of Mehmed II in 1453. This is the first major exhibition on Byzantine Art in the United Kingdom for 50 years.

This epic exhibition has been made possible through a collaboration between the Royal Academy of Arts and the Benaki Museum, Athens.

Byzantium 330–1453 follows a chronological progression covering the range, power and longevity of the artistic production of the Byzantine Empire through a number of themed sections. In this way the exhibition explores the origins of Byzantium; the rise of Constantinople; the threat of iconoclasm when emperors banned Christian figurative art; the post-iconoclast revival; the remarkable crescendo in the Middle Ages and the close connections between Byzantine and early Renaissance art in Italy in the 13th and early 14th centuries.

Between 1204 and 1261, Constantinople was in the hands of the Latin Crusaders, but the return of the Byzantine Emperors to the city initiated a final period of great diversity in art. Art from Constantinople, the Balkans and Russia show the final phase of refinement of distinctively Orthodox forms and functions, while Crete artists like Angelos Akotantos signed their icons and merged Byzantine and Italian styles. Up to the end of the Byzantine Empire, with the fall of Constantinople to the Ottoman Turks in 1453, manuscripts, micromosaics and metalwork demonstrates the virtuosity of its artists.

The exhibition shows the long history of Byzantine art and documents the patrons and artists and the world in which they lived. Seeing themselves as the members of a Christian Roman Empire they believed that they represented the culmination of civilisation on earth. The art emits an intellectual, emotional and spiritual energy, yet is distinctive for the expression of passionate belief and high emotion within an art of moderation and restraint.

The Antioch Chalice,  Byzantine, from Syria, possibly Kaper Koraon or Antioch, first half of the sixth century.
The Antioch Chalice, Byzantine, from Syria, possibly Kaper Koraon or Antioch, first half of the sixth century. Silver cup set in footed silver-gilt shell, Height 19. 7 cm. Lent by the Metropolitan Museum of Art, New York. The Cloisters Collection, 1950 (50.4). Photo © The Metropolitan Museum of Art
Byzantium 330-1453 showcases the Antioch Chalice (left), on loan from the Metropolitan Museum of Art, New York. After its discovery in c.1911, the silver gilt artefact was believed to have been the Holy Grail, the cup used by Christ at the Last Supper. Major works from the Treasury of San Marco, Venice have been loaned to the Royal Academy including the ornate Chalice of the Patriarchs, c. 10th–11th century. Other highlights include a two-sided icon of Virgin Hodegetria (obverse) and the Man of Sorrows (reverse), 12th century, from the Byzantine Museum, Kastoria, an impressive 10–11th century imperial ivory casket from Troyes cathedral depicting hunting scenes and riders and the Homilies of Monk James Kokkinobaphos, a manuscript from 1100–1150AD on loan from the Bibliothèque Nationale de France, Paris.

Byzantium 330–1453 has been organised by the Royal Academy of Arts and the Benaki Museum, Athens. The exhibition has been curated by Professor Robin Cormack, Courtauld Institute, London, Professor Maria Vassilaki, University of Thessaly at Volos and the Benaki Museum and Dr Adrian Locke, Acting Head of Exhibitions, Royal Academy of Arts.

 Sponsor

The J.F. Costopoulos Foundation, the A.G. Leventis Foundation, and the Stavros Niarchos Foundation are very proud to support the exhibition Byzantium 330-1453.

The three Foundations are committed to promoting and preserving Hellenic culture and heritage in Greece and abroad. Furthermore, the Foundations aim to express their active support for collaborative projects between acclaimed international institutions, realised in this case by the Benaki Museum in Athens and the Royal Academy of Arts in London.

The J.F. Costopoulos Foundation, the A.G. Leventis Foundation, and the Stavros Niarchos Foundation have a long tradition of supporting major exhibitions of Byzantine Art and hope that, through their collaboration with such renowned cultural organisations, they will enhance the audience’s understanding of a very significant culture.

Byzantium, 25 October 2008 - 22 March 2009

 

09:35 Écrit par Carpe Diem dans Biblio | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/01/2009

Rudéricus : Romain tardif IV iéme Aprés JC

Rudéricus : Romain tardif IV iéme Aprés JC

Descriptif de mon équipement Romain tardif iV iéme siécle , légion palatine ''Herculiani''

Casque Berkasovo 2 ( Thorkil)

Cingulum (ceinturon par Réchignac JM Ebert)

Scutum (bouclier) (de cannes et batons)

thoracomachus (par) Barbara

Le thoracomachus

protection sous l'armatura(armure) , composée de cuir et plusieurs couches de lin (ici5) . A ce thoracomachus sont fixées des ptéruges

dyn005_original_924_1232_pjpeg_2618183_9ea9d0965ebaedd48378b4eefb528e98

Rudéricus sans l'armatura

Thoracomachus en cuir marron et avec des ptéruges rouge

dyn003_original_432_576_pjpeg_2618183_189687d7bd60e9453aed851bf73a3414

sources 

 photos des tétrarques à Venise:Cuirasse et ptéruges , 4iéme siècle aprés JC

dyn009_original_900_1200_pjpeg_2618183_6fc305ad902d8878834e50c0d3dd3130dyn009_original_900_1200_pjpeg_2618183_527d3491ac3159e97f03ba0c9a8f0cfd

 Casques Berkasovo II

 casque Berkasovo 2 , fabriqué par Thorkil

Casque de parade et de combat daté du IV ième siécle (320 après JC): utilisé par la cavalerie et trés certainement par l'infanterie

Mon casque : photos de Thorkil . coque acier , forgé à la main et une couche de 0,3 mm en laiton

Inscription Iniana vicit : Licinius (ennemi de Constantin) vaincra

dyn004_original_416_555_pjpeg_2618183_08457b56da42f45dab8028f85b7f8214dyn004_original_415_558_pjpeg_2618183_a94d762b5bc29b0d98488915aebca82d

dyn004_original_417_545_pjpeg_2618183_c84d072a4eefd110ecafdbea85f9c2623b

L'original

Photos du casque original .Ce type de casque était revêtu dune plaque d'argent dorée .Pour le mien nous avons utilisé du laiton

 l'inscription sur un côté est encore bien visible (Julianus , ennemi de Constantin)

berkasovo2berkasovo2

berkasovo2berkasovo_20colour

 Thoracomachus porté sans l'armatura (écailles , mailles , cuirasses)

Cingulum (ceinturon)

le légionnaire Romain est trés fier de porter son ceinturon : c'est une pièce importante du costume civil et militaire

des photos de J M Ebert (Réchignac) , l'artisan qui les a réalisées:

Raidisseur

AT1_small

le mordant (qui fait pendre le bout du ceinturon)

AT2_small

La contre plaque

AT3_small

la boucle du cingulum (type Colchester)

Bou29_small

Scutum (bouclier)

Bouclier avec l'épisème des Herculiani iuniores , légion palatine (Magister Militum Praesentalis I)

copie des épisémes (l'aigle de la Leg II Herculiani iuniores est reconnaissable)

PraesentalisI1

mon scutum (bouclier)

dyn004_original_756_1008_pjpeg_2618183_666f095fec962fca750bf372c9f355dcdyn004_original_780_1040_pjpeg_2618183_34898fd1ec2bfe4438b7726cd407cd49

 

Rudéricus avec son armatura

 Armatura : cotte de maille

 Berkasovo II pour le casque

hasta (lance)

 Epauliéres

 Scutum (Bouclier) avec episéme (symbole) de la légion des Herculianis (un aigle)

 Campagi (chaussures) de type Doura Europos

 Bandes molletières

On peut voir la Spatha (épée) et le cingulum (ceinturon) et la plaque boucle de type Colchester

dyn003_original_653_1134_pjpeg_2618183_80abd1573bb743c3d7ed70bbf1f3acb3dyn005_original_719_1100_pjpeg_2618183_097ed01826ccac77641dc7eeec996d47

140_4042_IMG

Iconographie de légionnaires

 Ravenne : légionnaire avec des braies larges , ptéruges et spatha

ravenne

 Stéle de Lepontius (IV iéme)

stele_de_lepontus

 Arc de triomphe de Dioclétien ; le soldat de gauche porte une armure de maille et lautre à droite d'écailles

0chiaramonti2sc9_l_arc_de_triomphe_de_Diocl_tien

 Rudéricus : vie de camp

je porte un bonnet pannonien typique des soldats Romains au 4iéme (voir les tétrarques de Venise ci dessus)

Marles08_001

Actions sur le Limes

Marles08_021oriMarles08_020

La tortue (testudo)

Marles08_030Mrls0268

Ligne de bataille

Marles08_029

Bataille contre les germains (Limitis)

Marles08_031Marles08_032Marles08_033

Patrouille surprise

Marles08_035Marles08_036

Assaut d'un fortin

1_Marle___chelle11_Marle___chelle21_Marle___chelle3

1_Marle___chelle41_Marle___chelle5

Attaque du fortin au bélier

1_Marle_b__lier21_Marle_b__lier31_Marle_b__lier41_Marle_b__lier7

Assaut contre la porte du fortin

1_Marle_portes21_Marle_portes31_Marle_portes41_Marle_portes5

21:54 Écrit par Carpe Diem dans Mon équipement IViéme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/01/2009

Musée de Tournai 2009

Pour la conférence de Damien Glad , les Herculianis (http://monsite.orange.fr/lesherculiani/index.jhtml)étaient présents au musée de Tournai pour des démonstration et présentation d'équipement

Photos de la conférence de Damien 140-4037_IMG

140-4038_IMG

Démonstration de tortue (testudo) avec le casque à crête (pas facile de tenir en équilibre le bouclier

 

 

140-4039_IMG

140-4040_IMG

la tortue est plus facile sur le casque Berkasovo II de Damianus

140-4041_IMG

Rudéricus

140-4042_IMG

Démonstration d'escrime de combat de Damianus et Rudéricus avec les explications de Sylvanus (D Glad)

Coup de spatha sur le flanc aprés ouverture sur bouclier adverse (coup sur un côté de bouclier)

140-4043_IMG

140-4044_IMG

Coup au jarret aprés frappe du bouclier sur le haut du bouclier adverse

140-4045_IMG

Frappe du bouclier sur le umbo pour frappe au cou

140-4047_IMG

140-4048_IMG

140-4049_IMG

Les ''Hercs'' à Tournai : Sylvanus , Rudéricus, Damianus et Bruno

140-4050_IMG

Notre spécialiste des casques Damien Glad (Sylvanus)

140-4051_IMG

Conclusion

superbe journée au musée de Tournai . Accueil fantastique de la consevatrice et des employés du musée

Sylvanus a fait une trés bonne conférence

Et une démonstration intéressante devant des visiteurs trés intéressés

19:01 Écrit par Carpe Diem dans Tournai 2009 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2009

Légion perdue prés de Hanovre

Information LCI

http://tf1.lci.fr/infos/sciences/histoire/0,,4199063,00-u...

Etonnante découverte dans le massif du Harz, près de Hanovre, dans le Nord de l'Allemagne : plus de 600 objets ayant appartenu à des légionnaires romains ont été exhumés sur un kilomètre et demi, à flanc de colline. Une découverte connue depuis 2006 mais tenue jusqu'à présent secrète afin d'éviter des pillages.

Les archéologues ont collecté des pointes de flèches et de javelots, des glaives, des haches, des chevilles de catapulte, des piquets de tente et des clous de sandales. Une pièce de monnaie à l'effigie de l'empereur Commode, qui régna de 180 à 192 de notre ère, a également été retrouvée. Le style des fourreaux, des lames et des voitures du convoi romain date du début du IIIe siècle après J-C, affirment les experts. Il pourrait s'agir d'un site d'une bataille ayant opposé des Germains à un millier de légionnaires romains, de retour d'une expédition militaire. Certaines pièces du champ de bataille proviennent de provinces africaines et orientales, ce qui atteste de la présence d'auxiliaires aux côtés des légionnaires, un renfort sur lequel Rome s'appuyait pour garder ses frontières.

"Un site exceptionnellement bien conservé"

Cette découverte est surprenante à plus d'un titre. D'abord, "il s'agit d'un site exceptionnellement bien conservé", se réjouit l'archéologue Petra Lönne. Elle s'étonne de retrouver un arsenal aussi important, car d'habitude les Germains ne se privaient pas de récupérer le matériel ennemi. Autre "curiosité" : très peu d'éléments retrouvés sur le site sont d'origine germanique. Surtout, la bataille se serait déroulée deux siècles après les dernières incursions impériales connues dans les terres lointaines du "Barbaricum". Le massacre de trois légions en l'an 9 après J-C. dans la forêt de Teutoburg (nord-ouest) avait effet marqué le coup d'arrêt de la conquête romaine en Germanie. Les légions s'étaient repliées derrière le Limes, une chaîne de camps fortifiés entre Rhin et Danube. Or, le massif de Harz se trouve à plus de 200 kilomètres au Nord et à l'Est du Limes.

Plusieurs historiens antiques, notamment Hérodien (175-249), avaient fait part d'expéditions romaines bien au-delà de ces fortifications. Mais la recherche contemporaine tenait souvent ces propos pour de la propagande à la gloire de généraux ou d'empereurs en mal de prestige militaire. "La présence de soldats romains avait été évacuée de la recherche moderne", explique Michael Geschwinde, chef de projet du département régional du patrimoine de Basse-Saxe. "Les sources apparaissent maintenant sous un nouveau jour", ajoute Henning Hassmann, archéologue au sein de la même institution.

Les recherches devraient durer plusieurs années afin de faire la lumière sur cette antique bataille qui n'est pas mentionnée dans les textes connus, et de savoir, peut-être, qui des Romains ou des Germains a remporté la victoire ce jour-là.

D'après agence

 

20:57 Écrit par Carpe Diem dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/12/2008

Expo : "Nos ancêtres les Barbares" à St Dizier

Copie du site : http://lorraine-champagne-ardenne.france3.fr/info/4911087...

Expo : "Nos ancêtres les Barbares"

- Nos ancêtres les barbares. - www.ville-saintdizier.fr -

Nos ancêtres les barbares.

© www.ville-saintdizier.fr

Exposition exceptionnelle sur les Francs au Centre Culturel Camille Claudel de Saint-Dizier (52-Haute-Marne)

250 pièces rares pour démontrer que "Nos ancêtres les Barbares" étaient tout sauf… des barbares.

Du 29 novembre 2008 au 30 juin 2009, la ville de Saint-Dizier présente, en partenariat avec l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap), une exposition exceptionnelle consacrée à trois sépultures d’aristocrates francs découvertes en 2002 à Saint-Dizier. Reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et de la Communication  / Direction des musées de France, l’exposition est organisée dans le cadre de la saison culturelle européenne.

Tout a commencé en 2002 avec la découverte au bord d'une route en travaux d'une sépulture comprenant 3 corps et des pièces rares comme des bijoux, des armes ou des objets.
D'un point de vie historique comme d'un point de vue artistique, cette découverte allait se révéler exceptionnelle. La dernière de cette nature pourrait remonter à 40 ans dans les Ardennes.
Plutôt que d'exposer en l'état les squelettes de la sépulture, les concepteurs ont choisi de reconstituer grandeur nature la sépulture et de montrer la richesse de cette culture mérovingienne méconnue et qui alalit donner naissance à la France.
Pour cette expo, 50 objets proviennent des fouilles de Saint-Dizier et 200 d'autres sites européens

11:15 Écrit par Carpe Diem dans Musée , exposition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Expo sur les tombes de chefs Francs à Saint Dizier

copie du site :

http://www.ville-saintdizier.fr/des-chefs-francs-du-vie-s...

Des chefs francs du VIe siècle à Saint-Dizier ?

 

Au début de l’année 2002, en amont de la construction d’un échangeur routier reliant la RN4 à la ZAC du Chêne Saint-Amant, L’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) a réalisé des fouilles archéologiques afin d’étudier les vestiges qui allaient être détruits par les travaux.

 

Déjà en 1993, lors de l’aménagement de la ZAC, des fouilles avaient exhumé des maisons sur poteaux de bois et à mur en torchis, des fours et des ateliers de travail du fer, révélant tout un village du haut Moyen Age. Fig. 1


La fouille de 2002 devait permettre de cerner la périphérie sud de ce village. Mais une surprise attendait les archéologues : à moins de cinquante centimètres sous le sol, sont apparues trois tombes – deux hommes et une femme – riches de quelques deux cent objets précieux, ainsi que les restes d’un cheval ! Cet ensemble est daté des environs de 525-550 ap. J.-C. Fig. 2


Localisation de la découverte (Fig. 1)

Plan des sépultures (Fig. 2)
Fig. 1 : Localisation de la découverte
© Cécile Paresys-Inrap/2008
Fig. 2 : Plan des sépultures
© Cécile Paresys-Inrap/2008

 

Une jeune femme...

 

La première tombe découverte par les archéologues est celle d’une adolescente de 17 à 19 ans environ, qui reposait habillée dans un cercueil, parée de ses nombreux bijoux. Fig. 3 et Fig. 4

 


La tombe de la jeune femme en cours de fouille (Fig. 3)

Détail des bijoux retrouvés dans la tombe (Fig. 4)
Fig. 4 : La tombe de la jeune femme en cours de fouille
© cliché Marie-Cécile Truc-Inrap/2008
Fig. 4 : Détail des bijoux retrouvés dans la tombe
© cliché Marie-Cécile Truc-Inrap/2008


Au cou, elle portait un collier de perles en ambre et en verre. Soixante-dix autres perles de forme et matières variées (ambre, verre, cristal de roche) ornaient sa poitrine. La fonction exacte de ces perles n’est pas encore élucidée : étaient-elles cousues sur la bordure d’un vêtement ou d’un sac déposé sur la poitrine de la jeune fille, ou bien formaient une longue pendeloque attachée au vêtement ? Faute de conservation du tissu des vêtements, le mystère demeure.


A la main droite, brillait une bague en or sertie de grenats. A son poignet gauche était passé un bracelet d’argent.


Quatre fibules en argent et incrustées de grenats fermaient ses vêtements. Fig. 5 et Fig. 6

 


Deux fibules rondes en argent serties de grenats (Fig. 5)

Deux fibules digitées en argent serties de grenats (Fig. 6)
Fig. 5 : Deux fibules rondes en argent serties de grenats, retrouvée à hauteur du cou de la défunte, devaient servir à fermer un col
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008
Fig. 6 : Deux fibules digitées en argent serties de grenats ont été découvertes au niveau de l’abdomen
© Bruno Bell/2008

A sa taille devait être attaché un lien en cuir ou autre matériau périssable, au bout duquel étaient accrochés une perle en bois de cervidé, faisant peut-être office de talisman, ainsi qu’un couteau.


Sur son cercueil avaient été déposés une coupe et un flacon en verre, ainsi qu’un bassin en bronze et un pot en terre cuite.


Des récipients sont fréquemment retrouvés dans les sépultures mérovingiennes : ils étaient probablement utilisés pour contenir les offrandes (nourriture et boisson). Mais si le dépôt de céramiques est très courant, les verreries et la vaisselle métallique, surtout en nombre, sont beaucoup plus rares.

 

... et deux guerriers

 

Deux hommes, l’un âgé d’une trentaine d’années, l’autre d’une cinquantaine, ont été découverts à vingt centimètres à peine à côté de la jeune femme. Fig. 7 et Fig. 8


 


La tombe du jeune homme en cours de fouille (Fig. 7)

La tombe de l’homme plus âgé (Fig. 8)
Fig. 7 : La tombe du jeune homme en cours de fouille
© cliché Marie-Cécile Truc-Inrap/2008
Fig. 8 : La tombe de l’homme plus âgé
© cliché Marie-Cécile Truc-Inrap/2008

L’architecture funéraire des sépultures masculines est beaucoup plus ostentatoire que celle de la femme. Alors que le cercueil de cette dernière a été déposé dans une simple fosse, chaque homme a eu droit à une véritable chambre souterraine : deux fosses rectangulaires, mesurant environ 2,70 x 1,50 m, profondes d’au moins 80 cm, et aux parois et au sol tapissés de planches de chêne. Un couvercle de même matière en scellait l’ouverture.


Les défunts ont été placés habillés, avec leur épée et leur scramasaxe, dans un cercueil en chêne déposé dans la moitié nord de la chambre. Chacun portait une ceinture dont la boucle est en matière précieuse : cristal de roche pour le jeune homme, Fig. 9 argent massif pour l’autre. Le premier portait également une bague en or à la main gauche.


Une aumônière était attachée à la ceinture dans leur dos. Le cuir de la sacoche a disparu, mais les magnifiques fermoirs en verre et grenat sont quant à eux remarquablement bien conservés. La cellule rectangulaire centrale du fermoir appartenant à l’homme le plus jeune, comporte une incrustation en lapis-lazuli, inédite pour ce type d’objet. Le contenu des ces aumônière a été retrouvé : celle de jeune homme consiste en un couteau ; l’autre contenu, plus important, se compose d’une pince à épiler, de forces en fer et d’un fermoir d'aumônière usagé. Fig. 10

 

 



Boucle en cristal de roche et en argent (Fig. 9)


Les deux fermoirs d’aumônière (Fig. 10)
Fig. 9 : Si le cuir de la ceinture, matière organique
périssable ne s’est pas conservé dans le sol, cette
superbe boucle en cristal de roche et en argent a été
retrouvée en très bon état dans la tombe du jeune homme
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008
Fig. 10 : Les deux fermoirs d’aumônière
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008

Les boucliers et les haches ont été posés contre le cercueil. La vaisselle de bronze et de verre (Fig. 11, Fig. 12, Fig. 13 et Fig. 13bis, Fig. 13ter)a été placée sur le cercueil ainsi que dans le reste de la chambre funéraire, aux côtés de dépôts périssables (étoffes, lanières de cuir, coffre en bois ?) qui n’ont laissé que des traces fugaces dans le sol. Enfin, sur le couvercle de la chambre avaient été placés un angon et une lance.


 


Chaudron en bronze (Fig. 11)

Bassin en bronze (Fig. 12)
Fig. 11 : Ce chaudron en bronze a été posé sur le cercueil du jeune homme. A l’intérieur avaient été placés une écuelle en bois et une coupe en verre
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008
Fig. 12 : Deux bassins en bronze identiques ont été respectivement déposés dans les tombes de la jeune femme et du jeune homme
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008

 


Verreries (Fig. 13)

Verreries retrouvées miraculeusement intactes (Fig. 13bis)

Coupe brisée sous le poids de la terre (Fig. 13ter)
Fig. 13 : Sept verreries ont été retrouvées dans les tombes : ce nombre est exceptionnel pour l’époque mérovingienne
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008
Fig. 13bis : Certaines verreries ont été retrouvées miraculeusement intactes comme celle-ci
© cliché Cécile Paresys-Inrap/2008
Fig. 13ter : D’autres se sont brisées sous le bois de la terre qui a progressivement comblé la chambre funéraire. Il a fallu toute la patience des restaurateurs pour reconstituer trois magnifiques coupes
© cliché Marie-Cécile Truc-Inrap/2008

Dans les tombes mérovingiennes masculines, la découverte d’armes telles que hache Fig. 14, scramasaxe Fig. 15 et bouclier est courante. La présence en surplus d’une épée, d’une lance et d’un angon est en revanche toujours révélatrice d’une élite. Ainsi, les deux hommes de Saint-Dizier ont été inhumés avec une panoplie d’armes très complète, qui révèle à la fois leur statut de guerrier et leur haut rang social.



Hache ou francisque que l’on lance en tournoyant (Fig. 14)

Scramasaxe conservé dans son fourreau en bois (Fig. 15)
Fig. 14 : Cette hache est une arme de jet, la fameuse francisque que l’on lance en tournoyant. Le manche en bois ne s’est pas conservé mais des traces fugaces ont révélé qu’il était en frêne, bois léger classiquement utilisé pour les armes de jet
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008
Fig. 15 : Ce scramasaxe est conservé dans son fourreau en bois. La bouterolle est en argent
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008

 

Les deux épées sont incontestablement les objets les plus spectaculaires de ces deux tombes masculines. Toutes deux ont été déposées contre l’épaule droite des défunts. Elles sont conservées dans leur fourreau en bois d’aulne terminé par une bouterolle en argent. Fig. 16

Chaque épée comporte un pommeau en argent doré. Celui de l’homme le plus âgé est orné d’oiseaux gravés ; celui du jeune homme est incisé d’une inscription runique dont la transcription donnerait « alu », qui peut être traduit par « croissance » ou « pouvoir ». Cette inscription, située sur la face qui était tournée vers le corps, n’était donc pas visible lorsque son propriétaire la portait, ce qui est cohérent avec la signification du terme de Runes : « murmure, secret ». Réservée aux initiés, elle montre un lien intime entre l’épée et son propriétaire. Les épées mérovingiennes portant des inscriptions runiques sont très rares : à ce jour, parmi les milliers de tombes mérovingiennes fouillées, moins de cinq exemplaires sont connus en France. Fig. 17


Cette épée possède par ailleurs par deux anneaux en argent doré fixés sur son pommeau qui symboliseraient des liens d’homme à homme : un personnage important a peut-être remis cet anneau au propriétaire de l’épée en remerciement d’un service rendu, en témoignage d’une fonction particulière, ou encore comme symbole de loyauté mutuelle. Fig. 17



Les deux épées dans leur fourreau en bois (Fig. 16)

Pommeau d’argent de l’épée du jeune homme (Fig. 17)
Fig. 16 : Les deux épées dans leur fourreau en bois
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008
Fig. 17 : Pommeau d’argent de l’épée du jeune homme. On distingue au centre les caractères runiques gravés et à droite, le double anneau d’argent doré
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008

 

Le pommeau de l’autre épée possède une échancrure, preuve qu’elle aussi était destinée à l’origine à recevoir un anneau. L’absence d’anneau sur cette épée soulève de nombreuses questions : cette épée, en a-t-elle jamais reçu un ? Celui-ci a-t-il été retiré à la mort de son détenteur ou à la fin de son service ou de sa fonction ? Son propriétaire était-il trop vieux ou en trop mauvaise santé pour combattre, avait-il passé l’âge d’exercer la charge qui lui avait été confiée, ou bien avait-il accédé à une fonction encore supérieure, le dispensant de faire allégeance et de rendre des comptes ?

 

Le cheval

 

A 5 m environ des tombes humaines, un cheval a été enterré dans une fosse rectangulaire. Fig. 18

Les archéologues l’ont découvert couché sur le côté, les pattes repliées sous lui. Cet animal ne semble pas être mort violemment ou abandonné suite à une blessure. Il fut l’objet d’une inhumation soignée, comme le prouvent la fosse bien creusée ainsi que la position de l’animal. Un mors retrouvé dans la sépulture du jeune homme laisse à penser que le cheval lui appartenait. Fig. 19


Les tombes de chevaux sont assez rares en Gaule mérovingienne, car cette coutume d’origine germanique s’est plutôt développée de l’autre côté du Rhin. Ce type d’inhumation aurait un rôle psychopompe, le cheval aidant le défunt à se rendre dans l’au-delà. Le sacrifice d’un animal à priori en bonne santé reflète le prestige et le haut rang social du défunt au même titre que le dépôt de vaisselle de luxe dans sa tombe.


 


Le cheval dans sa tombe (Fig. 18)

Mors en fer et argent (Fig. 19)
Fig. 18 : Le cheval dans sa tombe
© cliché Virginie Peltier-Inrap/2008
Fig. 19 : Le mors en fer et argent retrouvé dans la
chambre funéraire du jeune homme
© cliché Loïc de Cargouët-Inrap/2008
 

Des « tombes de chef » francs du VIe siècle

 

Ces sépultures présentent toutes les caractéristiques permettant de les rattacher au faciès archéologique des tombes dites « de chefs francs » du début du VIe siècle : retrouvées entre Seine et Rhin et entre les cours supérieurs du Rhin et du Danube, ces tombes se distinguent par la présence d’armes de prestige, de bijoux et objets de vaisselle d’un même horizon chrono culturel, par une architecture funéraire élaborée et une disposition presque standardisée des objets, traduisant la volonté de montrer l’appartenance du défunt à un groupe social bien défini.

Les tombes les plus précoces occupent le centre du royaume franc alors que les suivantes – au nombre desquelles comptent celles de Saint-Dizier - sont situées sur les marges. Leur rôle militaire et stratégique ne semble donc faire aucun doute : pour consolider sa conquête, Clovis puis ses descendants durent fixer une élite guerrière, s’assurant ainsi le contrôle sur des terres nouvellement conquises. La répartition des tombes de chefs du VIe siècle reflète donc l’expansion franque. Rappelons qu’au début du VIe siècle, c’est entre Langres et Saint-Dizier que passe la frontière entre les royaumes francs et la Bourgogne sur laquelle les rois francs avaient des visées. Après une première excursion en 523, puis un échec en 254, les Burgondes sont définitivement conquis en 534.


Pourquoi des « chefs » ici ? A cette époque Saint-Dizier n’existe pas encore. Si le lieu est déjà habité, il ne revêt aucune importance particulière : ce n’est ni un chef-lieu de cité, ni une agglomération secondaire. Cependant à quelques centaines de mètres des tombes, se trouvent les vestiges d’une villa gallo-romaine, partiellement fouillée dans les années soixante. Fort vraisemblablement, nos guerriers ont été attirés par la présence de ce domaine agricole, dont une partie existait sans doute encore au VIe siècle.

Par ailleurs, la présence du minerai de fer dans les environs a pu être également un élément d’attrait. Des fouilles archéologiques réalisées dans les années quatre vingt dix à proximité ont révélé qu’il avait été travaillé à cet endroit au moins à partir du VIIIe siècle mais rien n’empêche qu’il ait été extrait et travaillé bien plus tôt plus tôt. La présence d’une élite guerrière à cet endroit peut résulter d’une volonté d’avoir la main mise sur cette richesse de première importance, puisqu’à cette époque, beaucoup d’objets utilitaires ainsi que les armes sont en fer.

11:15 Écrit par Carpe Diem dans Musée , exposition | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/08/2008

Rudéricus

Mon équipement Romain tardif iV ième siécle , légion palatine ''Herculiani''

Casque Berkasovo 2 : par Thorkil

Cingulum : par Réchignac (JM Ebert)

Spatha type Nydam : Franck (ArcheoArt) et L'Alaman

Scutum (bouclier):de cannes et batons

 thoracomachus: de Barbara

rodoric

Marles08 037-2

13:42 Écrit par Carpe Diem dans Mon équipement IViéme | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |